La pêche à la mouche est sans doute de la pêche la plus "écologique". 
Le pêcheur apprend à observer ce qui se passe sous l'eau et à composer avec les lois de la nature. De ses observations, il retiendra ce qu'il devra parfaitement imiter pour prétendre aboutir dans son sport...la pêche à la mouche ! 
Et comme le monde des insectes est d'une immense richesse, sa patience dans la fabrication des mouches et autres nymphes fera de lui, année après année, un véritable artiste. 
Si écraser les ardillons est obligatoire sur les parcours no-kill, il est sans doute judicieux de faire ce petit geste en dehors des parcours no-kill. C'est aussi, face à la raréfaction du poisson dans un cours d'eau lors d'une période de sécheresse, une façon de contribuer à la préservation de l'espèce. L'absence d'ardillon permet de relâcher plus facilement le poissons et surtout de ne pas le blesser plus qu'il ne faut afin de lui permettre de ne pas garder la trace de votre combat. Celles et ceux qui n'ont  jamais essayés ce mode de pêche seront sans doute surpris de constater qu'il n'y a pas seulement la truite et autres salmonidés comme objectifs de ce type de pêche. Bien d'autres poissons peuvent être pêchés à la mouche.